Yatride MAITRE DU TEMPS

Ces PLAQUES ne sont pas des OVNI, des messages adressés par des extraterrestres soucieux de l'avenir de l'humanité, elles n'appartiennent pas à la panoplie de la science-fiction évoquée plus haut. Ces plaques sont des créatures célestes, desAnges. N'ayons pas peur des mots, puisqu'elles sont manifestement d'ordre divin.


Les Deux Personnages sur la plage

Yatridès (Détail)
Les Deux Personnages sur la plage  65x100 cm, 1963
Collection particulière


(Voir "image complète")

Parfois, par ses dimensions
colossales,  la Plaque épouse la
forme de la terre.

YATRIDES ne dénie pas le terme Anges que je viens d'employer, mais à condition de préciser :

"Contrairement à la représentation traditionnelle, ce n'est pas l'Ange qui vient interpeller la créature humaine au nom du tout-puissant pour lui faire part de Sa Volonté. Ici le rapport est inversé. C'est l'homme qui interpelle l'Ange. Il veut avoir accès aux Lois de la Connaissance. Exilé dans un espace (sa troisième demeure, ne l'oublions pas !) dont tous les repères, tous les signes ont été effacés, il aspire à une connaissance dont il n'a que le pressentiment, grâce à la vision de la PLAQUE ce réel invisible qui n'est visible qu'à celui qui veut voir".

Une Connaissance et non pas un Savoir car que faire d'un savoir sans posséder le savoir-faire ? C'est précisément ce savoir-faire qu'apporte la Connaissance gravée dans la Plaque. Non pas un banal know-how inspiré par un quelconquebehaviourism, ni un simple guide moral prétendant à la connaissance du bien et du mal car contempler la face cachée de la PLAQUE c'est contempler le monde dans sa Vérité, c'est introduire la présence de l'Homme dans cette Contemplation. La promotion du merveilleux ne serait pas très éloignée de toutes ces affirmations si l'on ne se souvenait pas que la troisième demeure n'est pas une réalité extérieure dont on peut arbitrairement disposer selon ses aspirations, pas plus le peintre que celui qui contemple son oeuvre.
l'Ange ne se manifeste pas non plus dans l'appareil surnaturel auquel nous avait habitué le merveilleux chrétien. Les films récents de Wim Wenders, "Les Ailes du désir" (Der Himmel uber Berlin,1987) et  "Si  loin, Si  proche"! (In weiter Ferne, so nach ! 1993) nous ont familiarisé avec la présence à Berlin (avant et après la réunification!) d'anges gardiens inspirés par l'Ange Doré dont l'imposante statue domine le Tiergarten. Ces anges compatissants observent les humains, les envient parfois jusqu'au point de vouloir partager leur destin de mortels.

Les Plaques de Yatridès ne font aucune concession sentimentale à celui qui voudrait ramener, à tout prix, le surnaturel au naturel, l'humain au trop humain. Elles ont une apparence scientifique dans la stricte délimitation de leurs arêtes.  Esthétique et éthique se conjuguent dans leur forme horizontale, verticale ou profilée. Le respect qu'inspire l'oeuvre, autant que le respect envers celui qui la contemple nous commande de ne pas aller au delà de ces constatations préliminaires. Que chacun de nous, en son âme et conscience, selon la formule consacrée, aborde les phases suivantes de cette découverte. YATRIDES lui-même se gardera bien d'en dire plus.

Concluons cependant sur ces quelques remarques. Les plaques, "Ces icônes interstellaires", vont se charger progressivement d'objets dont le symbolisme religieux est évident : " le Pain biblique ", " les Nouveaux Rouleaux ". Elles vont devenir porteuses du Crucifié ou de l'homme lui-même en quête de Vérité. Peu à peu elles vont se raréfier dans les tableaux de Yatridès.

Dans ses dernières oeuvres des années quatre-vingt, à la créature désemparée qui suivait vainement du regard le passage de la plaque, s'est substitué un observateur dans l'attente d'un Événement inéluctable. Il fixe avec intensité le redoutable nuage sculpté dans une matière indéfinissable et voit naître, ou bien, fait naître (?) une boule incandescente qui semble issue du Néant, de l'Intelligence initiale, sphère transparaissant déjà à travers "la vision" de ses personnages, dans la construction de leur "œil regard"

_____________________________________________________________

Anticipation des Plaques-Monolithes de YATRIDES dès 1957, moteur et argument 
du long métrage "2001 : l'odyssée de l'espace". Paternité indéniable 
de Yatridès


logo

Textes extraits des oeuvres et documents suivants :
Administration Fiscale : "Biographie administrative" détaillée 

Arthur Conte : "Yatridès maîtredu temps" SGDL 04.03.1991 
Sacha Bourmeyster : "Yatridès et son siècle" , "Yatridès le peintre du réel invisible" , "Yatridès, l'anti-Picasso" SGDL 24.03.1994 
"Les Icônes interstellaires" SGDL 31.03.1994 - "Yatridès et la Bible" SGDL 30.10.96
Samuel E. Johnson : Notes biographiques -synthèse
Catalogues monographiques Yatridès 1954-1993 : Expositions et Retrospectives Yatridès
Catalogues monographiques Yatridès : "International Biennials art festivals" Canada-France from 1987 to 1993
(Great Master guest of Honour -Grand Maître invité d'honneur). Voir dans "Sa vie" : Bibliographie
Catalogues monographiques Yatridès : Invité d'honneur expositions Paris et Province dont Montmorency ville résidentielle 
Manifestations d'Ecoles de Peinture (Events Schools of painting 1900 -1959, 1910 -1960, 1910 -1965) : USA Manifestations organisées avec les oeuvres, dont celles de Yatridès, prêtées par les Collections Privées prééminentes des Etats-Unis
Films, Videos, Thèses universitaires : L'oeuvre de YATRIDES a enthousiasmé sémiologues, réalisateurs, cinéastes parmi les plus grands de notre temps. Voir notamment sur ce site dans "Sa Vie" : "L'entourage" dans lequel apparaissent "Jean DELANNOY" et "Marcel CARNE" et dans "Son Oeuvre" :
"YATRIDES-KUBRICK".